Ma vie et mes poèmes

22 juin 2009

Mon Amour .... (écrit le 14/01/2009)

Mon amour, tu veux me récupérer, j’en suis heureuse et flattée.
Je n’espérais que ça.
Je ne me sens pas totalement épanouie, parce qu’il me manque beaucoup de choses, Toi déjà, un travail ensuite, mais que faire ? Chercher ici où là-bas ? Mais si je ne cherche pas ici, comment je vais vivre ? Et comment financer mon retour vers Toi ?
Je ne sais pas quoi et comment faire ? On se permet encore de me juger et je n’aime pas ça.
Je sens que je m’enfonce au plus profond de moi.
Heureusement que tu es là pour me mettre un peu de joie.
Mais mes craintes sont là, j’aurais aimé qu’il ne se passe jamais ce que nous avons vécu.
Que dois-je faire ?
Je ne peux parler à personne sans qu’on me juge et ce texte que tu as mis sur le net, me perturbe beaucoup, il me fait comprendre que tu n’as pas cru un mot sur ce qui s’est passé avec Rémi, je ne t’ai jamais menti, à croire que j’ai une tête de menteuse et ça me fait mal.
Tout ce que je t’ai dit est vrai.
Tu m’en veux aussi parce que je ne t’aidais pas financièrement, mais si je trouve un travail ici et que je déménage que seront mes revenus avant que je trouve un autre travail ?
Alors notre amour deviendra quoi a ce moment là ? La même chose qu’il y a 2 mois ?
Alors que dire ou que faire ?
Je ne sais pas et ça me fait peur !
Je ne suis qu’une merde, qu’une ruine ! Je ne vaux rien !
A part un cœur qui aime et qui veut être aimé comme il est.
Je me demande si la vie vaut d’être vécu avec si peu de chance et si peu d’élément en main.

Posté par valsolitairef à 15:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Un Amour déchiré (écrit le 14/01/2009)

Depuis 2 mois que tu m’as demandé de partir, ce que j’ai fait 4 jours après ta décision.
Je suis partie sans que tu me donnes d’explication sur la raison de ce geste, surtout qu’on n’a jamais eu un mot plus haut que l’autre.
Je suis partie les larmes aux yeux et le cœur brisé qui contenait tout l’amour que j’avais pour toi.
Pour souffrir le moins possible j’ai quitté une région que j’adorais et qui m’a donné une force intérieure que j’avais besoin et le courage qui me manquait.
Pour éviter de tomber dans l’abime, j’ai accepté de m’éloigner de ses montagnes, de ce soleil et de toutes ses odeurs que j’aimais humer.
A cause de toi, je suis de retour dans ma région, ou je ne trouve pas ma place.
Dans cette région que j’avais quitté, j’y avais laissé famille, amis, maladie, les rancœurs et les hypocrisies, depuis que je suis revenue, j’ai retrouvé certaines personnes de ma famille, des copains et copines (mais plus d’amis), les rancœurs sont restées là ou je les avais laissées.
Je suis rentrée avec un cœur en pièces et le cerveau lobotomisé.
Je n’ai plus envie d’aimer.
J’y ai cru à l’amour avec un grand A, maintenant c’est du passé ce n’est pas pour moi.
Il faut que je me fasse une raison, le bonheur d’aimé ne sonnera jamais à ma porte.
Je veux me trouver un travail et me consacrer uniquement à mes filles.
Je ne me laisserais plus jamais embrouiller par les belles paroles d’un homme.

Posté par valsolitairef à 15:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Toi (écrit le 02/08/2008)

Toi, que j’ai aimé au premier regard
Toi, qui m’a embrassé le premier soir
Toi, qui m’a dit « je t’aime » cette même nuit
J’espère que nous deux c’est pour la vie.

Toi, qui va lire ceci,
Je te dédie ce poème,
Que tu garderas à l’infini,
Comme ces trois mots que je te dis,
JE T’AIME.

Toi, qui a su refaire battre mon cœur,
Toi, qui me regarde avec douceur,
Toi, qui t’endors avec moi dans tes bras,
Toi, qui a les yeux qui brillent quand tu es avec moi.

Toi, que j’aime jusqu’à l’infini,
Je n’ai pas fini de te dire ces petits mots,
Si précieux à entendre toute une vie,
Toi, qui a su soigner mes maux.

Toi, qui prends soin de ce cœur blessé,
Depuis ce jour ou on s’est rencontré,
Nous n’avons pu nous délaissé,
Et bien sur sans nous montré.
Maintenant que l’on peut s’aimer au grand jour
Et qui j’espère durera toujours.
Toi, qui a su me faire découvrir le nirvana
De mille et une façon pour moi c’est le Montana.

Quand tes mains commencent à me toucher
Je sens en moi, le feu monter.
Quand tes doigts vont titiller ma rose
Je sais qu’avec Toi, de plaisir j’explose.

Nos câlins ne sont que délices
Et non un supplice
Nous faisons l’amour pendant des heures
Et ce n’est que du bonheur

Si au petit matin, tu avais le désir
De remettre ça
Saches que pour moi
Ça ne serait qu’un plaisir.

Je t’aime pour toute la vie
Et avec Toi, je me sens bien
Plus de prise de tête et ça, ça fait du bien
Pour vu que ça dure jusqu’à l’infini.

Rien ne me ferait plus plaisir
Si un jour, tu me demandais de devenir
Ta femme
Et que tu me déclares ta flamme.

Maintenant tu sais ce que je ressens
Et ce que j’aime que tu prends
J’aime quand nos deux corps s’unissent
Pour ne faire plus qu’un et nous étourdissent.

J’aime tes yeux rieurs et brillants
J’aime ta bouche quand, elle me susurre
Dans mon oreilles des mots aimants
J’aime ton corps quand de plaisir se dresse ta membrure.

Hum que je t’aime Toi
Et ça si tu le veux tu es a Moi
Avec tout mon amour c’est rien que pour Toi
Et il n’y a pas que mon amour qui est a Toi.


Je t’aime de tout mon cœur
Et c’est un vrai bonheur
D’être a tes cotés
Sans être apeuré

Posté par valsolitairef à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La colère (écrit le 29/06/2008)

Ce soir, la colère m’habite, voir même de la haine,
Envers cette homme qui essaie de m’entraîner dans l’abîme,
Ça fait quinze jours qu’il me traite de tous les mots,
Et la, j’en peux plus, heureusement ce soir j’étais avec l’homme
Sur MSN à se parler et à se dire de doux mots.

Ne croyez pas que je sois une salope ou même une pute,
Pour vous dire, elle vit avec un homme et elle en aime un autre.
Non la vérité, c’est que cet homme qui vit à mes côtés au fil des mois
Est devenu une personne ound grata dans mon cœur,
La place était vide, il m’avait fait trop de mal.

Il en aime une autre via le net,
Mais il ne sait pas ce qui l’attend,
Vu que cette nana est mariée et mère de 2 enfants.
Il se permet de me tromper alors qu’on est censé être encore ensemble,
Puisqu’il n’hésite pas à dire au téléphone en parlant de moi « ma compagne »,

Alors que je sais que son cœur est ailleurs.
Il me prend pour une conne, en me faisant croire
Qu’il part pour Grenoble rénover une maison à un collègue,
Alors qu’il est a Dax à sauter cette nana.
Qu’il connaît par l’intermédiaire d’un jeu sur le net.

Dire que j’ai voulu foutre ma vie en l’air à cause de lui en février
Et que je me suis retrouvée pendant quinze jours en maison psychiatrique.
Et oui ! Leur histoire dure depuis le mois de décembre où ils m’ont fait croire tous les deux
Qu’ils étaient de simples amis du net, avec qui ils pouvaient se confier.
Même elle, je l’ai dans mes contacts MSN et je lui ai parlé.

Pff, j’ai été trop conne ou trop aveuglé par l’amour que je lui portais
Pour croire tous ses bobards, ils se sont bien foutus de ma gueule tous les deux
En débinant des horreurs sur mon compte.
Ça je l’ai vu, et oui j’ai fait quelque chose qui n’est pas bien.
Je suis rentrée dans son MSN a lui et j’ai enregistré ces messages

Parce que déjà, j’avais des doutes, qui ont été certifié
Par ce que je lisais, sur les historiques.
Quand je suis allée en maison psychiatrique
Il me certifiait que tout était fini, mais au fond de mon cœur, je sais qu’il me ment.
J’ai perdu la confiance que j’avais en lui.

Ce soir, je suis rentrée de week end avec mon copain,
Mais avant ça l’autre con, s’en est pris à ma fille
Il lui a même promis de la baffer, j’ai peur pour mes enfants
Il ne peut plus les voir et moi non plus par la même occasion.
Mais moi je m’en fous, je sais ce que je pense de lui que ce n’est qu’un connard
Qui ne vaut pas la peine d’être connu
Qui est prêt a tout pour avoir une fille, quitte même à lui mentir
Et à lui promettre la lune, de lui faire croire qu’elle est la meilleure
Et qu’il est prêt à avoir des enfants avec elle
Dire que j’ai été trop conne de croire a tout ça.

Pour lui j’ai arrêté de prendre mes médocs pour la polyarthrite rhumatoïde
Pour lui je me suis faite enlever mon stérilet, vu qu’il voulait un enfant.
J’étais même prête à aller au bout du monde pour lui.
Mais ce n’était pas assez suffisant pour lui.
Il lui fallait le beurre et l’argent du beurre en même temps.

Et si monsieur n’est pas satisfait, il vous rabaisse
En vous disant que vous êtes une incapable.
Que vous ne savez pas cuisiner, c’est limite s’il ne vous dit pas que vous êtes une illettrée
Voir carrément une débile profonde.
Ce soir, il a été jusqu’à remettre en cause mon éducation sur mes enfants.

Et par-dessus le marché me comparer à ma mère, alors que je n’ai aucune relation avec elle
Depuis plus d’un an.
Heureusement que ce soir j’étais sur MSN avec l’homme que j’aime
Et qui m’a sorti de cette enfer, il a compris ma détresse
Et n’a pas voulu que je reste.

Il m’a dit prépare des affaires pour toi et tes filles
Je viens vous chercher tout de suite.
C’est un amour, lui au moins prend le temps de me comprendre
Pas comme l’autre con qui n’à jamais essayé mais par contre que nous il fallait qu’on comprenne…

Je vous souhaite à tous une bonne nuit, car maintenant que j’ai bien déversé ma colère
Je vais peut être pouvoir a trouver le sommeil dans les bras de celui que j’aime et que j’adore.

Val.

Posté par valsolitairef à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Si j'avais su .... (écrit le 24/06/2008)

Si j’avais pu
Dans le ventre de ma mère
Ç‘aurait été d’être pendu
Ou qu’elle me foute en l’air.

Je me demande si ma mère
M’a vraiment désirée
Ou si c’est sa famille qu’elle préférait perdre
Ou de son esclavage, qu’elle voulait quitter.

Mes souvenirs d’enfance sont partis.
Pourquoi se sont-ils enfuis ?
Peut-être parce que je n’ai pas eu le sentiment d’être aimé
De ne pas avoir d’importance et d’avoir toujours été mise de côté.

Mon adolescence ne fut pas mieux
Toujours à critiquer mes petits copains,
Aucuns n’allaient à leurs yeux,
Pas un ne fut pour moi, bien.

A 20 ans, je partis de la maison
Avec un garçon très mignon.
Enceinte, je le fus après quelques mois
Ce bébé était désiré, du moins par moi.

Mais si j’avais su, je n’aurais pas fait cet enfant,
Ce n’est pas que je le regrette, maintenant
Mais c’est ce qui c’est passé après,
La jalousie est arrivée si près.

L’alcool et la violence, on prit,
La place de l’amour pour cet enfant et moi,
Tout ça à cause de cette jalousie
Dans un foyer, ma fille et moi on s’est retrouvé pendant quelques mois.

Pour quitter ce foyer,
Il fallait que je trouve un travail.
Dans ce but, je m’y suis attelée,
Se fut une vraie bataille.

Quelques temps après,
Je croisais après un match de basket,
Mon premier amour,
Nous fîmes un tour.

Il apprivoisa ma fille
Et moi par la même occasion.
Nous formions une petite famille.
Trois ans après, nous échangeâmes nos anneaux de notre union.

A Noël, j’appris qu’un nouvel enfant
Allait agrandir notre famille.
Ravie, elle l’était ma fille
Mon mari réalisa, qu’il allait être un papa maintenant


94 fût l’année de naissance de ma deuxième fille.
Maintenant nous avions une vraie vie de famille.
Notre couple connu quelque faiblesse,
Est apparu le mensonge et l’alcool qui blessent.

Pour éviter l’alcoolisme, il fit de gros effort
Mais les copains étaient là pour lui montrer leur désaccord
Malgré tout
A notre couple, il tenait plus que tout.

97, naissance de notre deuxième fille
Même si pour moi c’était ma troisième fille.
L’argent lui brûlait les doigts,
Dans le rouge, notre compte le fut plus d’une fois.

Ces vieux démons sont revenus à la charge
Et dans notre couple, ils ont fait des ravages.
En plus du mensonge et l’alcool, la violence a fait sont arrivée.
Alors j’ai décidé qu’il valait mieux nous séparé.

Cinq ans après notre séparation
Ça mis du temps, mais on est divorcé.
J’ai eu trois autres relations
Pendant ce laps de temps, mais ça n’a pas marché.

Entre les mecs qui écoutent leur mère,
Les escrocs qui profitent de la faiblesse des femmes,
Et ceux qui vous aiment
Mais qui ne veulent pas changer leur caractère.

Si j’avais su, je n’aurais rien fait de tout ça
A chaque fois, je tombe très bas.
Mais là, j’ai mes filles et il faut que je me batte
Un travail et un logement, il faut que je trouve avec hâte.

Si j’avais su, je n’aurais pas déménagé
Maintenant je le regrette amèrement
Mais c’est de ma faute si on a tout quitté
Il faut que je reprenne tout entièrement.

Vous allez me dire qu’avec des « si »
On peut en faire des montagnes
Justement, j’en suis entourée ici,
Ma région d’adoption, mon cœur, elle le gagne.

Ici, il y a la tranquillité
La lavande, le soleil et aussi les oliviers
Le sud c’est une vraie bénédicité
Même si ça va pas être facile de travailler.

Vu qu’on m’a laissé en vie
C’est pour mes fille que je survie
Dans ce temps de bataille
Ma vie n’est qu’un détail.

Si j’avais pu naître mort-né
Je n’aurais pas connu tout ça,
Je ne sais pas pourquoi sur moi, la vie s’est acharnée ?
Mais je ne regrette pas mes filles en tout cas.

Si j’avais su que je serais si triste
Je n’aurais jamais suivi cette piste
Je pensais ne jamais ravoir du malheur
Et que j’avais enfin trouvé le bonheur.

Mais tout est perdu
Je me sens nue.
Je sais que tu pars dans une autre région,
Pour vivre une autre union.

Si j’avais su, je n’aurais jamais donné mon cœur
J’en suis tellement dégoûtée, que j’en ai des haut-cœurs
J’avais un espoir,
Mais ce n’est qu’illusoire.

Qu’elle est ce lien qui me tient vivante dans ce monde.
Pas cette vie immonde !
Mes filles, elles vont grandir
Et faire leur vie, je ne leur souhaite pas le pire.

Qu’est ce que je fous sur cette terre,
Pourquoi on me laisse pas me foutre en l’air ?
Je sers à rien,
Je n’arrive pas à faire le bien.

Je ne suis qu’une bonne à rien,
Qui ne s’est foutre sa merde.
On me rabaisse pour me montrer que je suis rien,
Et je vais tout perdre.

Je vois les jours qui défilent,
Et ma tristesse m’envahit de plus en plus.
Et toi ! plus ça va, plus t’es susceptible,
On dirait que tu fais tout pour que je te haïsse plus.

Je ne veux pas te faire culpabiliser.
Je sais que j’ai de gros tords
Même si c ‘est trop tard, je fais des efforts
Mais ton départ va me déstabiliser.

J’espère que tu pourras continuer à te regarder dans un miroir,
Après les mensonges que tu m’as dit.
Tu vois, toi, au moins tu as de l’espoir.
Moi, j’ai pas le droit d’en avoir, tout me l’interdit.

Si Camille ne mange plus
C’est que toutes les personnes partent et vont lui manquer
Si Justine ne rit plus
C’est qu’elle s’en veut de ce qu’elle t’a marqué.

Tu crois qu’il n’y a que toi qui culpabilise
Tu te trompes !
Depuis des jours et des mois, je me culpabilise
De tout ce gâchis, que j’ai engendré et qui ne s’estompe.

C’est pour ça aussi que j’ai voulu mourir
Mais personne ne veut me faire ce plaisir.
Sur mon passage, je gâche tout.
C’est pour ça, que je ne mérite pas de vire un point c’est tout !

 

Val

Posté par valsolitairef à 15:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Les Pourquoi .... (écrit le 24/06/2008)

Pourquoi je n’ai pas le droit au bonheur ?
Ou si peu par la naissance de mes filles

Pourquoi les hommes me font-ils autant de mal ?
Je ne dois avoir le droit qu’au mal ou alors je ne suis pas née sous la bonne étoile.

Pourquoi les hommes passent leur temps à mentir ?

Pourquoi les hommes frappent-ils les femmes ?
Sûrement parce qu’ils sont faibles

Pourquoi les hommes disent des mots doux à une autre plutôt qu’à celle qu’ils aiment ?

Pourquoi les hommes trompent leur femme ?
Pour voir s’ils peuvent encore séduire, ils n’ont pas besoin de ça, surtout si elles leur disent qu’elles les aiment comme ils sont !

Pourquoi je n’ai pas le droit d’être heureuse ?
Pour ma personne ça doit être une marchandise trop onéreuse

Pourquoi j’ai très peu connu la joie ?
Ça doit être destiné aux personnes de premier choix

Pourquoi j’ai le sentiment d’être vide et de ne ressembler qu’à un robot ?

Pourquoi j’ai l’impression qu’on m’a mis un coup de poignard dans le cœur et qu’il est brisé en mille morceaux ?

Pourquoi j’ai le cerveau si vide qu’il n’arrive plus à penser ?
Mes parents ont du oublier de me mettre des neurones

Pourquoi je me sens si mal tout au fond de moi ?

Pourquoi ne dors-tu plus à mes côtés ?
Moi, je le sais c’est pour pouvoir l’appeler avant de t’endormir

Pourquoi me dis-tu que tu as encore des sentiments pour moi ?
Alors que j’ai l’impression que tu me dis ça pour me rassurer et que je te crois

Pourquoi je me sens si moche et si vieille ?

Pourquoi les hommes font-ils toujours des promesses ?
Alors qu’ils savent qu’ils ne pourront pas les tenir ou les feront à regret

Pourquoi les hommes vous disent les mots que vous désirez tellement entendre ?
Alors qu’au fond d’eux, ils n’en pensent pas un mot et qu’ils pensent seulement vous prendre

Pourquoi n’arrêtes-tu pas avec cette fille, si tu tiens vraiment à moi ?
Parce que tu ne veux pas et que tu ne penses plus à moi

Pourquoi les hommes n’ont jamais de remords ?
Soit ils n’en éprouvent aucun, soit ils ne connaissent pas la définition de ce mot

Pourquoi me demandes-tu mon avis sur certaines idées ou projets ?
Vu que tu ne veux plus vivre avec moi

Pourquoi ne penses-tu pas au mal que tu fais aux filles et à leur sentiment ?
Peut-être parce que ça ne t’intéresse pas de savoir comment elles vont dans leur cœur et dans leur tête.

Pourquoi ne réfléchis-tu pas sur toi-même et de faire quelques petits changements ?
Tout simplement parce que tu en as pas envie et comme tu dis « personne peut me changer »

Pourquoi ne veux-tu pas que j’annonce notre séparation à mes parents ?
Soit tu penses revenir vers moi, ça j’en doute, soit que tu as peur qu’ils te harcèlent au téléphone.

Vas-tu lui offrir les bijoux que tu m’avais offert comme le font certains mecs ?

Oui, je sais ça fait beaucoup de pourquoi, mais ce sont des questions que toutes femmes se posent quand elles se sentent délaisser et mal aimer par les personnes qui les entourent.

J’ai toujours donné mon cœur à plus de 200% à la personne que j’aimais, je l’ai tellement donné et on me l’a tellement brisé que maintenant il est en mille morceaux et que je ne suis pas prête de le donner à nouveau.

 

 

Val

Posté par valsolitairef à 15:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

J'aurais voulu mourir (écrit le 24/06/2008)

J’aurais voulu mourir

J’aurais voulu être morte
Pour ne pas avoir connu
Et connaître cette vie abominable
Faites d’échec et de désillusion

Entre ma famille qui s’immisce dans votre vie et dans votre couple
Entre l’alcoolisme et la violence
Entre l’escroquerie et le mensonge
Entre la ber nation et la trahison

J’aurai tout connu avec les hommes et ma famille
L’hypocrisie et les critiques
On m’en a fait voir de toutes les couleurs
Mais celles qui en ressortent sont surtout le gris et le noir

J’ai connu un peu le bonheur
La vie en « rose » comme on dit
Mais se fut tellement futile
Que maintenant je n’en attends plus rien

Ou alors qu’on s’excuse du mal que l’on me fait
Et que si vraiment on m’aime qu’on me le prouve
Je ne demande pas un palais
Mais au moins une reconnaissance

J’ai toujours eu du respect pour les autres
Mais eux m’ont-ils respecté ?
Non ils m’ont toujours traité comme une moins que rien
Ils m’ont prise pour une conne sans cerveau
Pour une débile qui ne connaît rien

Je voudrais mourir
Et renaître sous un jour meilleur
Pour ne plus avoir à revivre
Toutes ses horreurs

Mais, hélas je ne suis pas prête de mourir
Toi, tu vas partir
Moi, ses horreurs, je ne veux plus les revivre
C’est pour ça, que seule ma vie va finir.

 

Val.

Posté par valsolitairef à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

La sincérité (écrit le 24/06/2008)

La sincérité


Pourquoi les gens ne sont-ils pas sincère ?
A quoi le mensonge leur sert !
A cacher une vérité
Qui n’ose se l’avouer !

En presque dix ans
J’ai connu des hommes qui m’ont menti
A quoi ça leur a servi ?
A me faire du mal, sûrement !

Tu m’as dit qu’avec elle s’était fini
Que ce n’était plus qu’une amie
Mais je sais qu’une fois encore tu m’as menti
Tant mieux pour Toi, si le mensonge s’est ta vie !

J’ai toujours été honnête
Même si toi tu n’en fais qu’à ta tête
Tu connais l’amour virtuel
Mais qu’en serait-il dans le réel ?

Avec ton caractère de grincheux et boudeur
Crois-tu qu’elle va aimer les changement de ton humeur ?
De plus tu es bordélique
Tu risques de la rendre hystérique.

Ça fait trois ans que je connais tes changements d’humeur
Crois-tu vraiment que tu lui feras son bonheur ?
Tu lui promets monts et merveilles
Comme pour moi au début se fut une merveille

Tu m’as dit que tu allais partir
Mais que tu n’allais pas la retrouver
Encore une fois de moi tu t’es moqué
A elle ou à moi, encore vas-tu nous mentir ?

On pense savoir ce que l’on gagne
Mais pas ce que l’on perd
Toi, dans ton mensonge tu penses que tu y gagnes
Pour Toi, rien ne sert d’être honnête et sincère

Tu mens même en nous regardant dans le blanc des yeux
Mais le mensonge une fois démontrer
Tu te sens tout apeurer
Tu n’as confiance en personne, même des enfants qui sont des petits Dieux

Tu es comme la pub de la SNCF
Un train peut en cacher une autre
Mais toi, tu es si revêche
Qu’un mensonge peut en cacher un autre

J’ai essayé de tout faire pour te rendre heureux
Mais tu penses qu’ailleurs ça sera mieux
Je ne t’ai jamais trahi, même virtuellement
Alors que Toi à chaque instant tu me mens

Tu ne veux plus de moi, mais pourtant
Pourquoi m’as-tu avouer que tu avais encore des sentiments ?
A moins que tu me mens ?
Une fois de plus, ça ne serait étonnant !

Je t’aime et toujours je t’aimerais
Même si du mal, tu m’en as fait
J’ai toujours été sincère avec toi, je t’ai jamais menti
Mais à quoi ça servi !

Puisque tu pars loin de nous
Tu nous laisses seules avec notre désarroi
En nous, les larmes bouillent
Mais Toi, tu te sens Roi

Mais une chose est sûre
Le mensonge tu l’amour
Alors partir sois en sur
Pour t’éviter un non-retour


Val.

Posté par valsolitairef à 15:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'abandon (écrit le 24/06/2008)

L’abandon

C’est un sentiment qui vous prend
Là, aux tripes ou vous avez l’impression
Que personne ne vous aime et ne vous comprend
Votre cœur vous fait mal à chaque pulsations.

Vous avez l’impression
Qu’il va partir à chaque respiration.
Cet abandon remonte en général à l’enfance
Ou on vous montre bien votre différence.

La famille ne vous aide pas à surmonter ce sentiment
Bien au contraire, il vous montre que vous êtes dément.
Vous êtes prêt à tout donner
Pour vous sentir aimer.

Mais au bout du compte, on vous abandonne,
A un moment ou un autre on vous prend pour une conne
J’ai connu l’amour a trois reprises sur le net
Mais l’abandon sonne à ma porte encore une fois à cause de cet internet.

L’année dernière, mes parents, j’ai abandonné
Parce qu’ils ne savaient pas m’aimer et m’écouter.
Ma fille aînée pour son père, elle m’a abandonné
Et cette année c’est Toi pour une autre fille que tu vas m’abandonner.

Après ça sera le tour de qui ?
Mes deux filles ! pour qui ça suffit
De voir ce dégât dans ma vie !
Alors là ! Ça sera bien fini !

Si tu t’en vas, mon abandon sera là.
Mais je ne sais pas si mon cœur y résistera.
Vu le coup de poignard qu’on lui affligera.
Mon cœur d’artichaut n’aimera plus, il brûlera.

J’avais trouver le bonheur, mais lui aussi m’abandonne.
Plus de joie et de rire tout est parti
Plus de sommeil et de faim pour ça aussi s’en est fini

La grosse merde et conne
A son désespoir, elle s’abandonne
Elle pensait être aimée, comme elle était
Mais le mensonge est apparu et à fait son effet.

Son sentiment d’abandon est revenu
Au grand galop, elle qui l’avait cru
A tout jamais disparu

Anéanti par mon désespoir
Je n’ai plus aucun espoir
Ma confiance est partie
Dans ce monde s’en est fini.

Val.

Posté par valsolitairef à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le goût de vivre (écrit le 24/06/2008)

Le goût de vivre,

Pour trouver le goût de vivre,
Il faut les ingrédients nécessaires.
Beaucoup de joie à satisfaire
Et de l’amour qui enivre.

Toi, depuis deux mois
Tu ne me calcules plus
Je ne sais, si j’ai le droit
D’espérer un petit plus.

Ça fait deux jours que la nuit
Je me réveille car tu n’es pas à mes côtés.
Je te retrouve torse nu à te montrer
Sur msn à l’autre fille pour lui donner envie.

Aujourd’hui, je ne te dirais pas « je t’aime »
Même si mon cœur saigne de ne pouvoir te le crier
Mais toi, tu ne sais même pas me le hurler
Il y a que l’autre que tu aimes.

Moi, tu me laisses de côté
Avec mes filles, je n’aurais plus qu’à m’en aller
Si c’est ton souhait à tout jamais
Mes filles ne te verront plus jamais
Et moi , je partirais aux pays des merveilles

Vu que cécile à l’air d’être une merveille
Elle est plus mince et moins idiote
Que moi qui suis énorme et sotte.
Vu que tout le monde me prend pour une débile
Sache que je ne retournerais jamais à l’asile.

On m’a toujours rabaisser
Et ça n’a pas changer
Je n’ai plus de rêve
Mon cerveau est en grêve.

Je ne sais pourquoi je suis sur terre
Vu que je ne sers à rien
A part mener des guerres
Contre mes ex-miens.

Je t’aime à en mourir
Et quand je suis bien c’et plutôt à en vivre
Tu préfères passer ton temps avec elle
Plutôt que d’essayer de me conquérir.
Tu ne me dis rien en rapport à elle
Alors que je me demande si j’ai une chance
C’est clair qu’elle a des qualités que ne n’ai pas, elle
Si tu ne veux pas me donner une chance
Alors fallait me laisser partir
Et ne pas me laisser revenir.
Mes filles auraient été mieux avec leur grands-parents
Car voir leur mère comme ça, ça doit pas être marrant.

 

 


Val.

Posté par valsolitairef à 14:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]